Pourquoi je n’ai plus peur de mon poids

01 Nov 2016 Par Caroline David

Aujourd’hui, nous allons parler d’un gros dossier, le dossier qu’on n’aime pas, qu’on regarde du coin de l’œil avant l’été ou après les fêtes…le poids. Le poids qui, au fond, n’est qu’un chiffre, pas vrai ? Mais il peut aller jusqu’à nous pourrir la vie. Comme on le dit: il y a toujours deux poids, deux mesures.

Parlons peu, parlons vrai. Oui, pour une femme, voir l’aiguille de la balance monter vers les chiffres hauts peut entrainer une certaine angoisse. Pourquoi ? Parce que dans l’imaginaire général (merci la publicité), une femme belle doit être mince et peser le poids d’une plume. Mais bon, on n’est pas toutes des plumes et on ne veut pas être des plumes, car avoir des courbes et un bon popotin c’est aussi attirant. Cependant, il reste toujours ce résidu d’angoisse qui voit le chiffre stagner ou monter…argh, maudite balance !

EmmaFitnessGoal au même poids mais plus ou moins musclée

Alors, on en fait quoi, du poids ? Eh bien, on relativise, car plusieurs choses entrent dans l’équation. La première et non la moindre, un kilo de muscle et un kilo de graisse, ce n’est pas vraiment la même chose: si le poids reste le même, le volume lui, peut changer grandement. Vos muscles étant plus compacts que votre gras, vous pouvez peser un poids égal pour une masse complètement différente. Donc prendre du muscle ne veut pas dire forcément prendre du volume et au contraire vous muscler peut vous faire prendre « du poids » tout en vous donnant une silhouette plus fine et tonique.

Ensuite, il faut aussi être consciente que parfois, on a des attentes complètement irréalisables (encore une fois: merci la publicité et les magazines bourrés de régimes miracles). Il faut se le dire, nous ne sommes pas toutes destinées à peser 40 kilos. Notre poids de forme si souvent plébiscité par les vendeurs de rêve n’est en réalité pas du tout le poids idéalisé par les critères de l’industrie de la mode.

Qu’est-ce que le poids de forme? En nutrition, il s’agit du poids avec lequel vous vous sentez le mieux et que vous avez tenu naturellement le plus longtemps. Eh oui, donc avant de vous affamer, prenez le temps de réfléchir à ce que vous voulez vraiment. Est-ce qu’on veut être bien dans sa peau ou misérable psychologiquement, prête à entrer dans un 34 ?

Si je me permets de vous dire ça, c’est que je suis entrée dans un 34 à une époque où je ne mangeais pas, où je pesais le poids d’une plume, mais pas pas de manière naturelle. Au fond de moi, j’étais malheureuse comme les pierres pour rien.

Il faut savoir avant tout se mettre en valeur en fonction de sa morphologie, car oui le poids, c’est une chose, mais savoir quel sont nos avantages en fonction de nos formes, c’est beaucoup plus efficace ! Après tout, chacune a son point fort !

Pourquoi je n’ai plus peur du poids sur ma balance ? Eh bien simplement, car je suis plus forte qu’un chiffre sur une balance et que vous aussi vous l’êtes et que rien n’est immuable. Alors on dit stop à la dictature de la balance et on se réconcilie avec soi-même une bonne fois pour toutes…

PS : Mon petit truc à moi quand je suis en ré équilibrage alimentaire?C’est de me mesurer et non de me peser, car perdre des centimètres c’est encore plus fun que des kilos !

Commentaires facebook
Écrit par Caroline David
Après plus de 8 ans à toucher à tous les domaines des métiers de l’image et à bloguer ici et là, Caroline a décidé de se lancer dans l’aventure Veda. Passionnée de photo, de mode et experte en beauté, elle s’intéresse de près a l’actualité et se donne pour mission de vous tenir informé.
Articles récents
1 année ago Un 5 à 7 au Tapas 24
Faire un commentaire

Commentaire

Aucun commentaire disponible
Soyez le premier à dire ce que vous en pensez!