Les troubles alimentaires à l’écran

07 Août 2017 Par Caroline David

Avec les sorties consécutives de « Feed » et « To the bone » traitant tous deux des troubles alimentaires et plus spécifiquement de l’anorexie mentale, on est en droit de se demander pourquoi tant d’attention à ce sujet.

Sans entrer dans les détails ni pointer personne du doigt, on a juste fait le tour de nos amies proches et selon nos calculs, 98% des femmes de notre entourage ont subi (subir est bien le verbe adéquat) un trouble alimentaire. Pas étonnant: selon l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, c’est plus de 100 000 Québécoises qui sont touchées par l’anorexie, la boulimie et les troubles de l’alimentation non spécifiés de forme moins sévères touchent.

Alors que les magazines tendent de plus en plus à nous vendre un mode de vie sain, nous sommes encore exposés trop souvent à des « modèles » trop parfaits et polis à coup de Photoshop et de retouches quelconque. Mais pourquoi tant de pression ?

La  » beauté  » des films cités plus haut nous permet pour une fois d’aborder les problèmes des troubles alimentaires pour des raisons de désordres mentaux et non esthétiques. Oui, dans les deux cas il y a transformation du corps et dans les deux films, les personnages de Lily Collins et Troian Bellisario font, en plus de leur diète, de nombreux exercices physiques, mais pas forcément pour les raisons qu’on attend.

Le contrôle, cette chose qui semble si difficile à avoir, surtout quand on est jeune est pas forcément bien dans sa peau. La perte de contrôle sur un ou plusieurs éléments de sa vie poussera ces jeunes filles, celles des films, à s’astreindre à une diète malsaine jusqu’à presque disparaître.

Pourquoi ces films sont bien faits? Parce qu’ils présentent ces troubles comme une maladie mentale, un désordre dont on perd le contrôle et non comme un caprice esthétique d’une jeune écervelée, et ça, en tant qu’ancienne anorexique, ça fait du bien. Non vous n’êtes pas seules à souffrir, les filles! Et oui: vous pouvez en sortir, sachez-le.

 

Derrière les films, on trouve des actrices formidables qui n’ont pas hésité à partager leur expérience: Lily Collins éprouvée par le tournage a dû faire appel à des experts pour retrouver une alimentation normale et Troian Bellisario, ancienne anorexique, a porté son film à bout de bras pour donner une autre image de la maladie.

 

 

La fausse polémique

Certains prétendent que de regarder ces films donneront le mauvais exemple aux personnes influençables…je me permets ici de donner MON avis d’ancienne malade pour vous dire que non, mais que les photos de filles parfaitement retouchées à la télévision, dans les publicités et les magazines, les régimes dangereux vendus par des publications sans scrupules et autres pilules miracles m’ont fait beaucoup de mal pendant trop longtemps.

Ceci étant dit, est-ce qu’on vous recommande de regarder ces films? Oui, pour les performances d’actrices de Lily et Troian et pour la belle qualité des productions, car il faut toujours donner sa chance à un nouveau produit.

 


To the bone
est disponible sur Netflix

voir la bande-annonce


Feed
 est disponible sur iTunes 
voir la bande-annonce

 

Commentaires facebook
Écrit par Caroline David
Après plus de 8 ans à toucher à tous les domaines des métiers de l’image et à bloguer ici et là, Caroline a décidé de se lancer dans l’aventure Veda. Passionnée de photo, de mode et experte en beauté, elle s’intéresse de près a l’actualité et se donne pour mission de vous tenir informé.
Faire un commentaire

Commentaire

Aucun commentaire disponible
Soyez le premier à dire ce que vous en pensez!