Bali, une île zen et festive

06 Mai 2017 Par Émilie Zaoré

Avec le succès de Eat, pray, love, Bali a connu un véritable boom de tourisme. Plus de dix ans après la publication du roman, des femmes de partout à travers le monde continuent de jouer les Elizabeth Gilbert et viennent s’exiler sur cette merveilleuse île. Ce fut mon cas, il y a un an. Voici  mon propre Mange, prie, aime…ou plutôt Mange, bouge, rencontre.

Seule île de l’Indonésie majoritairement hindoue, Bali est empreinte des cultures hindouiste et bouddhiste.

Entre les superbes temples, les rizières et les plages volcaniques, on découvre de bons petits restos et on se gâte dans les spas. C’est une destination très sécuritaire et on l’avoue, assez touristique, idéale pour les femmes qui voyagent seules pour la première fois, comme ce fut mon cas en 2016.  Le sourire et l’entregent des Balinais en font un peuple très accueillant, les guides parfaits pour nous découvrir leur magnifique île.

Sans faire des immenses économies  comme en Thaïlande, il y a moyen de profiter de cette île paradisiaque à petit budget. J’ai dépensé en moyenne entre 25$ à 45$ par jour, pour les repas et les activités (surtout du yoga !) J’aime dire que  j’étais « à mi-chemin entre la backpacker et la touriste-princesse ». J’ai surtout erré sur les plages de Kuta, Legian et Semyniak avant de me rendre à Ubud, surnommé  « Yoga town » par certains. Et j’ai vite compris pourquoi. Voici mes découvertes dans cette ville où se déroule Eat, spray, love.

MANGE

Mes deux restos coups de coeur furent KAFE et Soma.

Très populaire, le resto KAFE nous propose des plats santé et des jus frais faits d’aliments biologiques, à deux pas du très populaire Yoga Barn où j’ai logé et suivi des cours. On y retrouve une très grande offre de plats végétariens et vegans. Le chef de KAFE a d’ailleurs créé le menu du restaurant de ce centre de yoga très populaire.

Pour le souper, rendez-vous au Soma Café pour des classiques Indonésiens, de la comfort food végé et des salades généreuses à partager.  Le resto presqu’entier est une terrasse qui resseble une jolie cour avec une ambiance intime et relaxante.

BOUGE


J’avais décidé d’aller à Bali pour pratiquer mes asanas et méditer, alors vous vous doutez le yoga a été mon activité de prédilections lors de ces vacances.

Impossible de passer à côté du Yoga Barn, c’est un must. J’ai pu pratiquer dans leurs magnifiques studios vitrés où l’on se sent en plein air. Vous y retrouverez des classes de tous les styles, pour tous les niveaux, toute la journée de 7h à 21h. Des professeurs de partout à travers le monde viennent aussi donner des ateliers plus spécialisés. On peut aussi explorer en profondeur les facettes spirituelles du yoga avec des experts de la méditation. Un décor que vous n’imaginiez même pas dans vos rêves !

Entre deux classes, on va s’étendre dans les banquettes du Garden Kafe pour déguster un bon jus frais ou un latte au lait de cashew (mon coup de cœur !). En réservant d’avance, il est même possible de dormir au Yoga Barn, dans une villa ou dans le dortoir pour femmes. Le prix n’est pas une aubaine en soi, mais c’est parfait pour faire des rencontres et se glisser sous les draps après la méditation du soir.

 

J’ai aussi essayé le studio Radiantly Alive, une suggestion de ma prof de méditation Dawn. Yoga, pilates ou danse, j’ai adoré le côté plus intimiste de cette école ainsi que le décor simple, mais magnifique. On y donne moins de classes quotidiennes, mais ça veut aussi dire moins de monde, plus de détente et plus de contact avec les professeurs. Ma séance préférée a été le cours de Sanna Kokkonen, librement inspiré du style astanga.

RENCONTRE

J’y ai fait la magnifique rencontre de Donna et Katrine (mes colocs de dortoir au Yoga Barn) et Katleen, rencontrée dans une classe de yoga. Toutes les quatre, nous avons escaladé le Mont Batur de 3h à 6h…du matin! L’ascension d’un volcan , c’est une expérience qui rapproche. Malgré le fait que Donna soit australienne et que les deux Kat soient allemandes, nous avions des rêves et des valeurs pratiquement similaires.

J’ai aussi fait la belle rencontre surprise d’une Montréalaise lorsqu’une 4e coloc s’est ajoutée à notre dortoir: Andy Dubois, cofondatrice du site Giandy on the road

 

Je n’ai peut-être pas trouver l’amour à Bali comme Elizabeth Gilbert, mais j’ai trouvé l’inspiration et la motivation pour débuter ma formation professorale en yoga.

 

Commentaires facebook

Écrit par Émilie Zaoré
Amoureuse du yoga et du fitness, foodie et beautista, Émilie est diplômée en communication et en journalisme. Elle s’intéresse également à tout ce qui touche la santé et la condition féminine.
Faire un commentaire

Commentaire

Aucun commentaire disponible
Soyez le premier à dire ce que vous en pensez!