5 astuces nutrition préentraînement

02 Août 2018 Par Émilie Zaoré

Qu’on soit du type jogging matinal ou zumba après le boulot, tout le monde a déjà connu le struggle   : c’est l’heure de s’entraîner, mais boum. La faim se pointe et avec aplomb. Alors, comment contrer le mauvais timing ? 

Voici quelques conseils de nutrition « préworkout » que nous avons appris à la conférence de Sophie Geoffrion, nutritionniste et cofondatrice de HappyFitness, lors de l’événement VIB en mai dernier.

 

1) S’hydrater ET vérifier

On nous répète de boire assez d’eau en tout temps, particulièrement lorsqu’on va bouger ou qu’il fait très chaud. Pour éviter les maux de tête et la fatigue après le cours d’abdos-fessiers, on suggère de boire entre 400 et 600 ml de liquide avant. Les trucs de Sophie pour vérifier si on est bien hydraté.e? S’assurer d’avoir uriné au moins deux fois avant notre entraînement et voir dans la toilette une limonade pâle plutôt qu’un jus de pomme. Ça fait rigoler, mais avouez que l’image est claire ?

 

2) Éviter de manger des gras avant l’entraînement

Le beurre d’arachides et le fromage, on les garde pour après. Les gras, même les bons, ralentissent la digestion. Ce n’est pas mauvais en soi, mais ce n’est pas idéal avant d’aller faire de l’activité physique. Un peu de protéine, ça peut aller, mais le mieux est d’opter pour des glucides qui se digèrent rapidement comme les fruits, frais ou séchés, un gruau ou une barre de céréales, par exemple. 

3) À jeun, c’est oui ou c’est non ?

Vous êtes plus du genre à vous lever à 5h30 du matin pour aller courir ? La bonne nouvelle est qu’il n’est pas nécessaire de se lever à 4h du matin pour déjeuner avant un petit entraînement comme un court jogging de 30 minutes ou un hatha yoga matinal. Il faut s’assurer d’être hydratée et de bien manger ensuite. Si on prévoit plutôt aller faire notre «   leg day   » au gym tôt le matin avant d’aller travailler, il est suggéré de manger un peu. Astuce de Julie Geoffrion   : séparez le déjeuner en deux. On opte pour un petit smoothie aux fruits avant le gym, bien énergisant et rapide à digérer, et un repas complet bien équilibré après l’entraînement pour bien récupérer.

 

4) Les réserves de glucides, pas pour tout le monde

Vous avez peut-être entendu ou lu qu’il faut avoir constamment des tonnes de glucides en réserve avant de faire votre entraînement. Le principe est bon, puisque nos muscles ont besoin du glucose des carbs pour produire ses réserves de glycogène, le carburant utilisé pour nos activités physiques. La réalité est qu’une collation est suffisante si vous faites un entraînement régulier.

Le principe du «   carb loading   » s’adresse en fait aux marathoniens qui courent de longues distances et ont besoin d’énergie pour un effort soutenu. Pour un marathon, on suggère 60 g de glucides dans les heures qui précèdent la course, ainsi qu’une boisson pour sportif ou autre boisson contenant des électrolytes. 

5) Intégrez la vitamine D

n entend beaucoup parler des protéines dans la récupération musculaire, mais d’autres nutriments sont nos alliés. Parmi les oubliés   : la vitamine D qui aide à la santé osseuse et qui réduit les blessures liées à la faiblesse musculaire. Mis à part l’exposition au soleil, on retrouve beaucoup dans différents poissons comme le saumon, l’espadon et le thon rouge, ainsi que dans le lait de vache. Pour les végés comme moi, on est en business avec les boissons de soya et les boissons de riz. 

Commentaires facebook
Écrit par Émilie Zaoré
Amoureuse du yoga et du fitness, foodie et beautista, Émilie est diplômée en communication et en journalisme. Elle s’intéresse également à tout ce qui touche la santé et la condition féminine.
Faire un commentaire

Commentaire

Aucun commentaire disponible
Soyez le premier à dire ce que vous en pensez!